Marie-Josée Bourassa,  Infirmière chef au Centre des naissances et des cliniques de gynécologie & d'obstétrique

Marie-Josée Bourassa, Infirmière chef au Centre des naissances et des cliniques de gynécologie & d’obstétrique au Centre universitaire de santé McGill (CUSM).

Marie-Josée Bourassa, infirmière gestionnaire au Centre universitaire de santé McGill (CUSM), célébrera ses 22 ans de soins infirmiers en juin, mais l’honneur de défendre les intérêts des patients, des employés et du personnel infirmier est ce qui lui tient le plus à cœur. C’est ce qui alimente son désir d’avoir une incidence sur le Centre des naissances et la mission de la santé des femmes du CUSM.

Marie-Josée commence sa carrière à 20 ans dans une unité néonatale de soins intensifs et occupe dès 28 ans un rôle de gestionnaire. C’est une expérience qu’elle décrit comme intimidante au départ, mais qui lui a apporté une forme de courage qui l’accompagne toujours.

« Depuis que je suis toute petite, je sais que je veux travailler avec les femmes et les enfants. J’avais beaucoup d’autres intérêts, mais j’ai voulu être avec cette population. Cette population qui, partout dans le monde, est considérée comme l’une des plus vulnérables », explique-t-elle.

Après les soins intensifs et les soins postnatals, Marie-Josée s’immerge dans les soins de première ligne et gère un programme de santé maternelle et infantile dans trois CLSCs. Travailler à ces différents niveaux réaffirme sa conviction que les soins infirmiers doivent adopter une approche holistique dans chaque situation.

« Lorsqu’on s’occupe des patients et de leurs familles, identifier leurs forces et leurs défis est essentiel si l’on veut mieux les soutenir. Les soins infirmiers passent ensuite à un autre niveau, c’est-à-dire l’accompagnement véritable des patients dès le début de leur parcours de traitement », dit-elle.

Marie-Josée occupe son poste actuel au Centre des naissances du CUSM depuis 2017. L‘an dernier, 26,000 visites de patientes ont été reçues dans la clinique de santé des femmes , et plus de trois milles accouchements ont eu lieu à l’unité de naissances. De telles prestations témoignent du leadership qui unifie cette équipe interdépartementale spécialisée, facteur clé pour la prestation des meilleurs soins possible aux patients.

Elle explique brièvement : « Nous traitons des patientes qui requièrent des soins hautement spécialisés. Des femmes ayant des maladies concomitantes, comme le diabète, l’hypertension, ou qui déplorent la perte d’un bébé ou la difficulté de devenir enceinte. Ces femmes ont besoin de soutien, elles ont besoin de spécialistes chevronnés. Nous avons une formidable équipe à la clinique et au Centre des naissances. »

Pour Marie-Josée, une affectation en salles de travail et d’accouchement, c’est véritablement ce qui rend les soins infirmiers mémorables.

« Pour les femmes de tous les coins du monde, porter un enfant constitue une expérience très personnelle. Ayant moi-même eu trois enfants, je peux confirmer qu’aucun accouchement n’est pareil. »

Marie-Josée parle de l’unicité de chaque grossesse qui est suivie au CUSM. C’est pourquoi il est crucial que les infirmières de cette unité soient en mesure de prendre des décisions éclairées et rapides tout à la fois, et désireuses d’actualiser continuellement leurs compétences.

Marie-Josée et une infirmière clinicienne au Centre des naissances, Malorie Pierre-Fécu, discutent un dossier.

Marie-Josée et une infirmière clinicienne au Centre des naissances, Malorie Pierre-Fécu, discutent un dossier.

Le personnel infirmier apprend constamment de ses patients, surtout dans une ville aussi diversifiée que Montréal. Les défis soulevés par les différences linguistiques et culturelles sont surmontés tous les jours, la mère et le bébé demeurant un objectif prioritaire.

« Nous devons posséder un ensemble de compétences pour prendre soin de personnes de religions et de milieux différents, tout en privilégiant leurs valeurs, leur confiance et leur confort, explique-t-elle. Voilà ce qui exige beaucoup de créativité, d’innovation et de consultation avec nos équipes, qui rapportent les expériences qu’elles ont partagées avec leurs patients pour améliorer notre compréhension et nous permettre d’aller de l’avant. »

Marie-Josée ne changerait de métier pour rien au monde; elle reconnaît ce privilège de faire partie de tant de parcours, des familles qu’elle rencontre aux infirmières qu’elle guide.

*

Vous pouvez venir écouter Marie-Josée Bourassa lors de notre colloque sur l’état de la santé maternelle le 15 mai. Une collaboration unique avec le Fonds du primat pour le secours et le développement mondial pour soutenir l’aide maternelle ici à Montréal et à l’étranger. Vous pouvez acheter des billets ici.

Pour faire un don afin d’améliorer les initiatives en faveur de la santé maternelle au CUSM, cliquez ici.

Share This