Susan Rodrigues

Susan Rodrigues

Vers 15 h, le 15 octobre dernier, je rassemblais mes documents en vue d’aller effectuer les dépôts de mon entreprise à la banque. Je me demandais si j’avais tout – chèques et liste d’emplettes. Je devais récupérer mon fils à l’école à 16 h 15… peut-être même réussir à passer chez le nettoyeur… tout est vraiment à proximité. Ah oui ! et du vin pour le souper, c’est vendredi…

À ma sortie du bureau, je ressens une vive douleur à l’oreille gauche et dans la mâchoire. Je me dis que c’est bizarre, que je couve peut-être un rhume… Je vais devoir me reposer plus tard, pas le temps maintenant. Ma petite voix me disait « occupe-toi des choses à faire ».

Je saute dans mon véhicule, recule dans l’allée et voilà que cela se reproduit à nouveau. Bien que très intense, la douleur disparaît rapidement. Je pense alors « Bon sang, on dirait que je vais être malade. Pas le temps, trop de choses à faire ! Me reposerai plus tard. »

Dans la file d’attente à la banque, je commence à transpirer (mon cou, mes cheveux le dos de ma chemise et mes aisselles sont emperlés de sueur), je me sens nauséeuse et étourdie. Rien de cela n’est normal pour moi. Je peux courir un 5 km sans transpirer, et me rhabiller sans plus pour retourner au travail, au grand dam de ma meilleure amie. Cette fois encore, je pense plutôt qu’il s’agit d’un rhume et qu’il vaut mieux terminer mes courses avant d’être vraiment malade.

Il faut que je m’assoie, j’ai besoin d’air. J’ai un peu de difficulté à respirer.
C’est presque mon tour, je peux encore attendre un peu…
J’y suis arrivée, mais en me précipitant dehors, j’ai l’impression que je vais peut-être vomir. Bien sûr, il pleut à verse et je suis incapable de marcher jusqu’à la voiture, il y a un banc de l’autre côté de la rue, il suffit que je m’y rende. Une fois assise, je crois que je vais être malade, suis maintenant incapable de tenir mon téléphone, mes bras sont très faibles. Et puis, je suis trempée sous cette pluie diluvienne, ce qui n’est pas bon pour mon rhume…

Je réussis à appeler quelqu’un pour lui demander de venir me chercher…

Je suis une femme de 40 ans en bonne santé et j’ai une crise cardiaque.

Source: Centre Canadien de Santé Cardiaque des Femmes

LES SYMPTÔMES DE CRISE CARDIAQUE CHEZ LES FEMMES PEUVENT ÊTRE DIFFÉRENTS DE CEUX DES HOMMES

Pour la plupart d’entre nous, la pensée d’une crise cardiaque évoque l’image d’un homme qui, la main droite sur sa poitrine là où est son cœur, se plaint d’avoir le bras gauche engourdi. Sa phrase n’est pas encore terminée que le 911 est appelé et l’ambulance en route.

Une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral entraîne la mort d’une femme sur trois. Plus que tous les cancers combinés, la maladie cardiaque constitue la principale cause de décès chez les femmes.

Comprendre vos facteurs de risque et les symptômes possibles pourrait vous sauver la vie.

Pour les femmes, une crise cardiaque PEUT sembler un peu différente.

Les femmes sont plus susceptibles que les hommes de présenter des symptômes atypiques – fatigue inhabituelle, anxiété, souffle court, indigestion, nausée ou vomissements, ainsi que douleur au dos ou à la mâchoire. Ces symptômes souvent subtils et pouvant refléter des maux quotidiens peuvent être facilement mal diagnostiqués.

Voici quelques symptômes avant-coureurs d’une crise cardiaque :

  • Malaise pulmonaire : une sensation d’oppression, de compression, de ballonnement, de douleur, de brûlement ou de lourdeur
  • Malaise ou douleur au niveau du cou, de la mâchoire, de l’épaule, des bras, du dos ou de la poitrine
  • Souffle court
  • Sudation
  • Nausée ou problèmes gastrointestinaux
  • Étourdissements
  • Fatigue inhabituelle

La maladie cardiaque est largement évitable. En changeant vos habitudes quotidiennes et en comprenant vos facteurs de risque, vous pouvez transformer votre santé future.

J’ai eu une crise cardiaque ce jour-là. La vie de la maison familiale a été interrompue, tout est resté en suspens quand je me suis arrêtée. Nous, les femmes, excellons vraiment à prendre soin des autres et à trouver des prétextes pour ignorer nos problèmes de santé.

Nous devons être en mesure de prendre le contrôle de notre santé et de solliciter l’assistance de professionnels de la santé pour nous employer activement à prévenir les maladies.

Suggérez à une personne que vous aimez de subir un test cardiaque dès aujourd’hui !

Bonne fête des Mères !

Share This