Histoire d’un patient

Faire sourire les patients du CUSM pendant la période des Fêtes

La chanson There’s No Place Like Home for the Holidays (On n’est vraiment bien que chez soi pendant les Fêtes) est un classique des Fêtes. Elle parle de la joie de revenir à la maison pour les festivités. Passer de bons moments avec la famille et les amis est l’un des plus grands plaisirs de cette période. Malheureusement, tout le monde ne peut avoir ce bonheur. En réalité, plusieurs Montréalais atteints d’une maladie grave passeront les Fêtes cloués sur un lit au Centre de santé universitaire McGill (CUSM). Ils ne pourront profiter de précieux moments avec les personnes qu’ils aiment, ce qui rendra triste cette période de l’année censée être gaie et heureuse.

Infirmière durant près de 27 ans au CUSM, Chantal Firmini a pris soin d’innombrables patients qui passaient le temps des Fêtes à l’hôpital. « Pendant cette période de l’année, être hospitalisé est fort consternant, explique-t-elle. Les patients ne peuvent participer aux traditions et festivités avec leurs familles, et les patients plus âgés n’ont souvent personne avec qui passer du temps. »

Bien que le personnel fait tout ce qu’il peut pour rendre cette période la plus festive possible, les infirmières comme Chantal et ses collègues ne peuvent recréer les sentiments de chaleur et de réconfort ressentis par le fait d’être entouré par ceux que vous aimez. « Nous essayons de faire de notre mieux pour rendre les Fêtes aussi gaies que possible. Des repas sortant de l’ordinaire sont souvent servis aux patients et nous pouvons parfois distribuer de petits cadeaux surprises, dit Chantal. Nous nous efforçons de faire de l’hôpital un second chez eux, même s’il n’en est rien. »

Les médecins du CUSM aident aussi les patients contraints de passer les Fêtes à l’hôpital. « Si les patients sont suffisamment bien, les médecins leur accordent une “journée de congé” qui leur permet de passer quelques heures à la maison avec leurs familles, explique Chantal. Les patients qui ont des traitements espacés peuvent aussi obtenir un bref “sauf-conduit” avant de poursuivre leur cure. Mais, au bout du compte, tous ces patients doivent de toute manière passer les Fêtes loin de leurs foyers et des leurs, ce qui est bien différent pour eux. »

En plus des maladies physiques qui restreignent les patients, d’autres soucis affligent également certains d’entre eux sur les plans social, émotionnel et financier, ce qui rend le temps des Fêtes encore plus difficile. Claire Duchesneau, travailleuse sociale du CUSM, n’a vu cela que trop souvent. « Les Fêtes soulignent et amplifient les besoins d’aide, dit-elle. Nous essayons d’atténuer le stress durant cette période de l’année, mais il n’est pas rare de voir certains de nos patients avoir de la difficulté à répondre aux besoins fondamentaux de leurs familles; ils ne peuvent même envisager de partager avec elles un repas des Fêtes ou offrir un petit cadeau à leurs enfants. C’est un temps merveilleux de l’année pour plusieurs d’entre nous, mais, pour d’autres, c’est également l’une des périodes les plus difficiles. »

Pour les Montréalais qui ont la chance d’être en santé et le privilège de créer de précieux souvenirs des Fêtes à la maison avec la famille et les amis, faire un don à la Fondation du CUSM est un moyen tangible d’influer positivement sur la vie de ces patients. C’est un petit geste attentionné de leur laisser savoir que quelqu’un pense à eux et qu’ils ne sont pas seuls. Un don permet aussi au personnel de l’hôpital de fournir un supplément d’aide lorsque les patients en ont le plus besoin. « L’époque des Fêtes est souvent un temps de réflexion et, en tant que professionnels de la santé, nous sommes très conscients de toute la gamme d’émotions que connaissent nos patients, explique Claire. C’est tellement facile de faire du bien. Si vous pouvez faire naître un sourire chez une personne qui est grandement vulnérable, c’est très valorisant. »

La période des Fêtes bat son plein et, parallèlement, les demandes d’attention et de temps affluent. Cependant, la prochaine fois que vous entendrez la chanson There’s No Place Like Home for the Holidays à la radio, pensez à ceux qui sont incapables de partager le réconfort et la joie d’être entourés de leurs proches.

Les patients du CUSM peuvent sans aucun doute attester qu’on n’est vraiment bien que chez soi pour les Fêtes.

Pour faire un don à la Fondation du CUSM, cliquez ici.

 

 

Regarder le beau côté de la vie – Shawn Maloney

Rétinite pigmentaire : deux mots qui ont façonné le cours de la vie de Shawn Maloney. Diagnostiqué avec une maladie dégénérative de l’œil dès l’âge de 5 ans, il a su très tôt que ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne soit atteint de cécité. « J’avais à...

lire plus

Novembre est le mois de planification testamentaire

Beatrix et David Oram - Laisser un héritage durable  L’hôpital Royal Victoria du CUSM nous a toujours tenu à cœur. Nous y sommes nés tous les deux et, plus tard, y sommes devenus patients en oncologie, traités tous deux par Dr Pierre Laneuville, un hématologue hors...

lire plus

Susannah Tam : Madame Miracle

Susannah Tam s’est toujours considérée comme une personne en santé, mais par un beau jour ensoleillé de septembre 2012, tout a changé! Cette journée typique au travail a pris une tournure tragique, et Suzanne s’est réveillée à l’Hôpital Royal Victoria du Centre...

lire plus

Houda Moussallier – Toujours garder espoir

Houda avec son mari et son fils - Cliquez ici pour appuyer le projet DOvEE. Depuis le mois d'août 2007, Houda Moussallier est une survivante. Après un diagnostic de cancer des ovaires, elle lutte pendant trois ans, trois longues années de chimiothérapie et quatre...

lire plus

Suivez-nous

Aux Fondations du CUSM et de l’HRV, les patients et leurs familles sont au cœur de notre mission et nous reconnaissons l’importance d’avoir des soins de classe internationale au moment où ils en ont le plus besoin. C’est un honneur et un privilège de pouvoir inspirer notre communauté à appuyer financièrement les besoins les plus pressants au CUSM. Nos donateurs nous motivent, ainsi que nos chercheurs et nos professionnels de la santé à offrir les meilleurs soins pour la vie.

Julie Quenneville

Présidente, Fondations du CUSM et de l’HRV